Une maman convoquée à l’école de sa fille va remettre tout le monde à sa place.

maman

La morale de cette histoire est que tout est question de respect et d’égalité et on peut dire que cette maman a de la répartie.

Aucune maman n’aimerait recevoir un coup de fil de l’école et de son proviseur pour lui dire que son enfant en a frappé un autre.

maman

Voici cette réponse de la maman de l’enfant :

école

A chaque fois pour les parents, c’est le même choc, la même impuissance, la même colère désemparée, et surtout le même manque d’information sur ce qu’il faut faire pour anticiper ou réparer.

fille

Quand ma fille S. a fait sa rentrée au CP, j’avais tout prévu: le cartable, la trousse, la tenue toute neuve (une robe jaune soleil), des petites étiquettes à son nom parce qu’elle a la fâcheuse habitude d’égarer ses affaires. Je lui ai expliqué que l’école primaire, c’était la grande école et qu’effectivement, tout serait plus grand: les pupitres, les CM2, la cour de récréation, la fatigue…

Mais ce que je n’avais prévu, c’est qu’une semaine à peine après la rentrée, S. se ferait entraîner puis enfermer dans les toilettes par D., un élève de sa classe. Qu’il la forcerait à l’embrasser sur la bouche et qu’il lui toucherait la culotte après avoir soulevé sa robe. Et qu’il la menacerait de la frapper si elle se risquait à «rapporter».

Précédente1 de 5