30 secondes avant de mourir, ce neurobiologiste révèle ce qui vous arrive vraiment.

neurobiologiste

Ce neurobiologiste va vous donner froid dans le dos avec ces révélations inédites sur qui arrive réellement 30 secondes juste avant de mourir.

On s’est déjà tous demandé ce qui se passe avant de mourir, sans forcément avoir de réponse. Aujourd’hui ce neurobiologiste nous répond et nous dévoile les moindres détails. La mort n’a plus de secret pour ce neurobiologiste, il a fait des recherches pendant des années à ce sujet.

neurobiologiste

Plusieurs rumeurs sont bien présentes, comme par exemple : Lumière blanche, sortie corporelle, vie qui défile devant nos yeux … selon le neurobiologiste.

Cameron Shaw >>>

Cameron Shaw est un neurobiologiste britanique qui s’est penché sur la question de la mort pour savoir si toutes ces théories étaient plausibles. Et les conclusions qu’il en a tiré sont assez étonnantes.

Lumière

Selon ce qu’il a dévoilé dans une interview donnée au magasine VICE, il pourrait en effet exister juste avant la mort d’une personne, un phénomène de  »lumière au bout du tunnel » causé en réalité par une perte de connaissance due au manque de sang alimentant le cerveau.

Sortie de corps selon le neurobiologiste …

Au sujet des sorties de corps, là encore Cameron Shaw reste prudent et explique que ce phénomène pourrait survenir non pas ne manière réelle, mais parce que le cerveau serait capable de créer de toute pièce un univers visuel autour d’une réalité imaginée. En somme, celui-ci explique qu’il ne s’agirait-là que d’une banale illusion.

Voir sa vie entière défiler

En ce qui concerne ce point, Cameron Shaw valide cette fois entièrement cette thèse qui lui semble réaliste.  »En effet, les dernières choses auxquelles on pense avant la mort sont les moments les plus marquants de notre vie. »

La mort approche

Plusieurs signes peuvent montrer que la mort approche. On vous en a fait une petite liste afin que vous puissiez savoir à quoi vous attendre.

Perte d’appétit

Lorsque la mort approche, les besoins énergétiques diminuent. La personne commence à résister ou refuser de manger et de boire, et n’accepte que de petites quantité de nourritures fades (bouillie de céréale par exemple).

Fatigue et sommeil excessifs

La personne dort la plupart du jour et de la nuit tandis que sont métabolisme ralentit, et que la faible prise de nourriture et de boisson contribuent à la déshydratation. Il devient difficile de la réveiller. La fatigue est si forte que la personne n’arrive plus à suivre ce qui se passe directement autour d’elle.

Confusion mentale

Les organes commencent à ne plus fonctionner, y compris le cerveau. Peu de maladies provoquent une hyper-acuité (niveau élevé de conscience) lorsque la fin approche. En général, les mourants ne savent plus précisément où ils sont ni qui est dans la pièce, parlent et répondent moins souvent, s’adressent à des personnes que les autres ne voient pas, peuvent paraître dire des choses insensées, s’agiter et fouiller dans leurs draps.

Isolement social

Au fur et à mesure que le corps s’arrête de fonctionner, la personne mourante perd de l’intérêt pour les personnes qui l’entourent. Elle peut arrêter de parler, marmonner de façon inintelligible, arrêter de répondre aux question, ou simplement tourner le dos. Quelques jours avant de se couper de son environnement, la personne peut parfois surprendre ses proches par une dernière effusion de joie et d’affection, qui peut durer moins d’une heure et jusqu’à une journée entière.

tunnel

On a beaucoup parlé, cette semaine, d’une étude du chercheur Sam Parnia, qui s’intéresse aux expériences de mort imminente. Mais il faut vraiment avoir l’imagination fertile pour croire que son étude appuie l’hypothèse hasardeuse de la «vie après la mort» — et ce, pour une foule de raisons, dit le docteur Alain Vadeboncœur.

Il y a bien une vie après la mort !» La nouvelle de la semaine est tout simplement formidable. Une anthropologue a même confié à Mario Dumont, à TVA, que cela «confirmait ses expériences personnelles» et que nous avions maintenant «des évidences médicales» de cette réalité.

Précédente1 de 5