David Hallyday et Laura Smet ont fait bande à part à l’enterrement de leur père.

David Hallyday et Laura Smet

Enterrement de leur père Johhny Hallyday. Ses enfants David Hallyday et Laura Smet. Ils sont arrivés plus tard, par leurs propres moyens.

Le frère et la soeur n’ont pas fait le voyage avec les autres invités, et se sont tenus à l’écart lors des funérailles, soudés comme jamais… Johnny a été inhumé lundi lors d’une cérémonie en toute intimité, en présence de sa famille et d’une quarantaine de proches. Ils avaient tous pris le même avion pour se rendre sur l’île de Saint-Barthélemy, tous sauf, comme on l’a appris, ses enfants David Hallyday et Laura Smet. Ils sont arrivés plus tard, par leurs propres moyens.

David Hallyday

Au cimetière, David Hallyday et Laura Smet , qui craque et s’effondre dans ses bras. A ses côtés, sa sœur Laura, dont il tient la main depuis le début des funérailles. Il ne la lâchera pas, il est en quelque sorte devenu le nouveau patriarche de la famille. Il doit être un roc.

David Hallyday et Laura Smet  : Après la cérémonie, les invités se sont retrouvés au fameux snack Jojo Burger, mais, selon Closer, David et Laura ne seraient pas restés très longtemps, auraient préféré se tenir à l’écart, avant de s’éclipser en toute discrétion. Laura aurait même quitté l’île dès le lendemain, non sans avoir pris une poignée de sable en souvenir de la dernière demeure de son père.

l'enterrement de leur père

Johnny Hallyday: La fin d’un culte, le début d’une religion?

Johnny a été et restera probablement le seul artiste français à avoir suscité une telle dévotion… Comme Jésus et Elvis, il était un prénom. Johnny Hallyday fait l’objet d’un culte, qui, tout à la fois, force le respect et effraie un peu. Pour preuve, l’immense ferveur lors de son « hommage populaire » qui a rassemblé entre 800.000 et 1 million de personnes, selon la préfecture de police, ce samedi. Une dernière « communion » entre les fans et l’artiste, commentera en direct sur France 2, l’éditorialiste Franz-Olivier Giesbert. Johnny a été et restera probablement le seul artiste français à avoir suscité une telle dévotion. Johnny, la fin du culte, ou le début d’une religion ? David Hallyday et Laura Smet  ….

Ses enfants David Hallyday et Laura Smet

David Hallyday et Laura Smet  ! Sur RTL, mercredi 6 décembre, son ami, le réalisateur Claude Lelouch a fait part de sa conviction : « Si le public s’est jeté sur lui, c’est qu’il y a, chez lui, du divin ». Celui que l’on surnomme rapidement « l’idole des jeunes » a quelque chose de la « figure christique », comme l’a rappelé Franz-Olivier Giesbert sur France 2 ce samedi.

Une sorte de Christ un peu rock’n’roll

Johnny est une sorte de Christ un peu rock’n’roll, à l’image de l’imposante croix avec un Jésus portant une guitare électrique qu’il arborait autour du cou. Comme Jésus, Johnny a transmis un message d’amour. « Amour » et « aimer » sont les mots les plus fréquents dans sa discographie.

« Dans le répertoire, le mot amour revenait sans cesse. J’avais parfois la sensation d’être dans un groupe de rock chrétien. Les gens venaient le voir pour se faire du bien. Lui souffrait sur scène pour eux. Il y avait quelque chose de christique dans ces shows ; ce qui l’embarrassait sans doute. Il n’était pas cynique ; il avait d’ailleurs un trac terrible avant de monter sur scène », confiait mercredi dernier Fred Jimenez, bassiste de Johnny Hallyday de 2011 à 2015, à La Tribune de Genève.

Johnny est une sorte de martyr. « C’est un héros qui en a pris plein la gueule », a pour sa part résumé Franz-Olivier Giesbert sur France 2 ce samedi, un enfant abandonné, « pas aimé, mal aimé, abandonné, trahi ».

Laura Smet

Photo : David Hallyday et Laura Smet

Le chanteur, qui va « foutre le bordel au paradis »

Cette cérémonie « raconte qu’il y a avec Johnny, un homme qui a su dépasser les clivages, qui a su rassembler […] C’est l’homme qui a donné, à plusieurs générations maintenant, ce symbole de l’unité, du rassemblement, là où il y a affrontement, il y a un homme qui prône la paix, le rêve, l’amour, c’est ça Johnny », a enchaîné Jean-Louis Debré. « Cet homme est très pur, très bon, très malheureux et très modeste », a lancé en direct sur ce même plateau Colombe Pringle, ancienne directrice de la rédaction de Point de Vue. Le chanteur, qui va « foutre le bordel au paradis », « allait vers les plus pauvres », a confirmé devant l’église de la Madeleine le prêtre catholique et rockeur Guy Gilbert.

Précédente1 de 2