Dix jours avant la mort de Johnny, sa tombe était déjà choisie.

tombe

Dix jours avant sa mort, son ami Jean-Claude Darmon a même choisi sa tombe. Les proches du rocker prépa­raient douce­ment son départ.

Malgré leur opti­misme quant à l’état de santé de Johnny Hally­day. On a beau être obligé de se rendre à l’évi­dence, on a parfois envie d’y croire jusqu’au bout. Pendant des semaines, c’est ce que Laeti­cia, David, Laura et tous les proches de Johnny Hally­day ont fait. À chaque appa­ri­tion télé et promo­tion de l’al­bum de reprises du rocker, Sébas­tien Farran, Jean Imbert ou encore Amanda Sthers vantaient le courage et la force de l’idole des jeunes et refu­saient, comme nous tous, de voir la mort empor­ter la légende dans sa tombe.

départ Johnny Hallyday

Le 6 décembre dernier, le cancer du poumon qui rongeait Johnny Hally­day depuis de longs mois brisait tous les espoirs d’une renais­sance. Le rocker mourait à 74 ans, entouré des siens dans sa maison de Marnes-la-Coquette et lais­sant dans une peine immense tous ceux qui le soute­naient et l’ad­mi­raient. Mais ses proches le savaient et avaient déjà commencé à orga­ni­ser les adieux.

Dans l’ombre, famille et amis avaient à cœur de respec­ter les dernières volon­tés de celui qu’ils ont tant aimé. C’est pourquoi dix jours avant la dispa­ri­tion de Johnny Hally­day, son grand ami Jean-Claude Darmon s’était envolé à Saint-Barthé­lemy pour choi­sir la dernière demeure du chan­teur.

Dix jours avant sa mort

« Il s’est rendu dans les Caraïbes pour que les souhaits du chan­teur soient suivis à la lettre, révèle Paris Match. C’est lui qui a négo­cié l’em­pla­ce­ment de la dernière demeure de Johnny et sa tombe. Lui, aussi, qui s’est assuré de l’en­tière dispo­ni­bi­lité des services de l’île pour l’in­hu­ma­tion dans la plus stricte inti­mité ». Une tâche des plus compliquées qu’il a tout de même accom­plie pour hono­rer la mémoire de son ami.

super­vi­seur de ses obsèques

Qui est Jean-Claude Darmon, grand ami de Johnny Hally­day et super­vi­seur de ses obsèques et de la tombe ?

Surnommé « l’argen­tier du foot », le self-made man Jean-Claude Darmon n’a jamais rien refusé à l’icône Hally­day, qu’il a proté­gée comme un frère jusqu’au bout.

Deux dieux des stades, chacun à leur façon, l’un ne cessant d’ad­mi­rer l’autre. L’homme d’af­faires Jean-Claude Darmon, surnommé « l’ar­gen­tier du foot », n’aura jamais rien compté pour Johnny. Ni les millions, ni les heures, ces derniers jours.

Précédente1 de 2