Les confidences du prêtre qui a célébré les obsèques de Johnny Hallyday.

confidences

Le père Benoist de Sinety, qui a célé­bré les obsèques de Johnny Hally­day, les confidences sur dernières volon­tés de la famille du chan­teur.

Confidences : Après avoir lutté plusieurs mois contre la mala­die, Johnny Hally­day est décédé dans la nuit du 5 au 6 décembre à l’âge de 74 ans. Des milliers de personnes ont assisté à l’hom­mage popu­laire rendu à Johnny Hally­day le samedi 9 décembre dernier. C’est le père Benoist de Sinety qui a célé­bré ces obsèques.

famille du chanteur

Dans les colonnes du Figaro, il s’est confié sur cet évène­ment boule­ver­sant et ses confidences : « J’étais surtout ému de la foule. Je portais dans ma prière tous ceux qui étaient dehors et, parmi eux, les plus désem­pa­rés et les plus malheu­reux de cette dispa­ri­tion. Quant aux obsèques en elles-mêmes, j’ai essayé d’aider ceux qui y parti­ci­paient à vivre le plus paisi­ble­ment possible ce moment », a-t-il déclaré.

cérémonie

Au cours de cet entre­tien et ses confidences, le père Benoist de Sinety est revenu sur les volon­tés de la famille de Johnny Hally­day concer­nant la céré­mo­nie : «  La seule chose que je puisse dire est que le désir de la famille était que la célé­bra­tion soit placée sous le signe de l’amour. Les textes ont été choi­sis selon ce critère de l’amour, car l’amour est Dieu et Dieu est Amour. Pour le reste, c’était la litur­gie catho­lique. L’enjeu était de permettre que cette litur­gie puisse accueillir l’expres­sion de l’artiste qu’était Johnny Hally­day. »

père Benoist de Sinety

Au terme de l’office, le prêtre a répété à trois reprises Que je t’aime, célèbre titre du natif de Paris. « En priant et en réflé­chis­sant, j’ai essayé de trou­ver les mots qui me parais­saient les plus justes. Le fait que Dieu puisse dire à celui qui l’accueille « que je t’aime » est normal. Sur la forme, c’est une chan­son archi-connue de Johnny. Sur le fond, c’est la vision chré­tienne d’un Dieu qui attend la réponse de l’homme. Je ne suis pas un exégète de Johnny mais la plupart de ses chan­sons ont des réfé­ren­tiels qui ne sont pas étran­gers à la foi chré­tienne et à l’aspi­ra­tion profonde de l’homme en géné­ral. Ces mots touchent tout le monde et résonnent avec l’Évan­gile. Johnny Hally­day était chré­tien et s’inscri­vait dans cette culture chré­tienne », a-t-il conclu.

obsèques de Johnny Hallyday

Précédente1 de 2