Les Enfoirés : Quand Johnny Hallyday expliquait pourquoi il n’y participait plus.

Les Enfoirés

Les Enfoi­rés : Johnny Hally­day n’était pas un fan des Enfoi­rés. Après avoir été membre du collec­tif fin des années 1980.

Les Enfoirés : Johnny Hally­day a été un membre pres­ti­gieux des Enfoi­rés. Le Taulier a parti­cipé à quatre concerts, dès 1989, aux côtés d’Eddy Mitchell, Véro­nique Sanson ou encore Jean-Jacques Gold­man, avant de quit­ter l’aven­ture.

rockeur légendaire

Dans son auto­bio­gra­phie Dans mes yeux co-écrit avec Amanda Sthers, il explique, comme l’a repéré Charts in France, pourquoi il a préféré se reti­rer du collec­tif à la noble cause : chan­ter au profit de l’asso­cia­tion des restos du Coeur, créée par Coluche.

« J’ai fait les quatre premiers concerts. C’était bien. C’étaient juste des chan­teurs, se souve­nait-il. Main­te­nant c’est la kermesse. C’est aussi devenu une émis­sion de promo­tion. Et puis tout le monde veut y être, je ne me sens plus utile dans Les Enfoirés », taclait le rockeur légen­daire.

Johnny Hallyday

Les Enfoi­rés, très peu pour Johnny Hally­day. Deux ans plus tard, il a réitéré ses propos dans Platine : « Je me senti­rais mal à l’aise de chan­ter en duo avec un mannequin quel­conque. » C’est dit… L’inter­prète de Que je t’aime n’est pas le seul à porter un juge­ment acerbe envers le collec­tif. « La charité orga­­ni­­sée, la bonne conscience m’agacent », vitu­pé­rait Stéphane Guillon début octobre dans le Pari­sien Maga­zine.

un fan des Enfoirés

Me déguiser en clown, moi, non merci

Si Johnny Hallyday n’était pas apparu sur scène aux côtés de la troupe depuis de nombreuses années, le « Taulier » avait pourtant contribué au lancement du collectif, initié par Coluche en 1985. Le rockeur était monté sur scène lors de trois éditions, en 1989, 1997 et 1998. Lors de sa première participation, il était accompagné de son acolyte Eddy Mitchell, de Véronique Sanson ou encore de Michel Sardou. « Johnny avait accepté de participer à la demande de Jean-Jacques Goldman [l’un des fondateurs]. Tous les deux étaient amis et avaient un profond respect l’un pour l’autre », commente à L’Express le journaliste Bernard Violet, auteur de Johnny: le rebelle amoureux(Fayard, 2003) et de Johnny Hallyday pour les Nuls (First, 2012).

L’engagement de Johnny Hallyday auprès de l’association caritative n’avait d’ailleurs rien de surprenant, selon le biographe. « Il était profondément généreux et se sentait très concerné par plusieurs causes. Très souvent, il se rendait dans des maisons pour personnes handicapées », raconte l’auteur.

La vidéo sur la page suivante =>

Précédente1 de 2