Comment Johnny Hallyday gérait sa fortune, était-il riche ?

fortune

Fortune : Johnny Hallyday gagnait plusieurs millions d’euros par an, mais, très généreux avec ses proches, il dépensait sans compter et n’était pas riche.

Toute sa vie, Johnny Hallyday a tiré le diable par la queue, ou presque. Certes, l’idole des jeunes gagnait plusieurs millions d’euros par an. Mais il menait grand train, couvrant de somptueux cadeaux ses proches mais aussi lui-même. Au total, il dépensait une fortune entre 2,5 et 5 millions d’euros par an, selon un ancien conseiller fiscal cité dans les Inrocks. Revue de détail.

Johnny Hallyday patrimoine

1- Ses revenus

Il est impossible de reconstituer précisément les revenus de Johnny, qui étaient de toutes façons très variables: de 1 à 10 millions d’euros par an, selon les Inrocks.

D’où des dettes et des redressements fiscaux plus que conséquents … c’est pas la fortune !

Toutefois, on a une idée précise de ce que lui versait sa maison de disques. En effet, tous les détails ont été révélés lors d’un procès qui l’a opposé en 2004 à Universal Music, son producteur depuis 1961. À cette occasion, la major a indiqué lui avoir versé 46,8 millions d’euros depuis 1985: 37 millions pour ses disques, plus 9,6 millions pour le merchandising et la publicité. Soit en moyenne un peu moins de 2,5 millions d’euros par an.

Le contenu de son dernier contrat avec la major datant de 2002 a aussi été dévoilé: Johnny recevait une avance de 1 million d’euros par album en studio, et de 500.000 euros par album live. En outre, à partir de 2,5 millions d’exemplaires vendus, il touchait une redevance de 25% sur les ventes de nouveaux albums, et de 7% à 8% sur les chansons de plus de deux ans (contre 17% à 18% dans le contrat précédent). Par exemple, en 2013, le back catalogue ayant généré 11 millions d’euros de chiffre d’affaires, Johnny en a reçu 7%, soit 622.242 euros.

À cela s’ajoutent les revenus des concerts. L’infatigable rocker en effectuait en moyenne 55 par an. À titre d’exemple, lors de la tournée des Vieilles canailles, il recevait 150.000 euros par date, soit au total 2,5 millions d’euros, selon Paris Match.

Les revenus des concerts étaient perçus via diverses sociétés. Pour la tournée Flashback, 20% des revenus atterrissaient chez Artistes et Promotion SAS, qui a ainsi reçu 6,3 millions d’euros en 2006, ce qui lui a permis de lui verser un dividende de 4,5 millions. Pour la tournée M’arrêter là, 80% des recettes étaient perçues par la société Navajo EURL, qui a ainsi reçu 12,5 millions d’euros en 2009. Enfin, les revenus de la tournée Jamais seul finissaient chez Mamour SARL, qui a ainsi reçu 12 millions d’euros en 2012, et reversé à la star un dividende de 5,3 millions d’euros.

En revanche, Johnny n’était en général ni l’auteur des paroles ni de la musique. Il ne percevait donc rien à ce titre. En outre, il n’avait pas racheté à son producteur les droits de ses chansons (plus d’un millier), comme l’ont fait certains chanteurs.

Johnny Hallyday fortune

Toutefois, il possédait quand même les droits sur 93 chansons, détenus via sa société Pimiento Music SAS, qui exploitait aussi son image. Entre 2006 et 2010, cette société lui a versé en moyenne 140.000 euros de dividendes par an.

Enfin, Johnny mettait un peu de beurre dans ses épinards en faisant de la publicité. Par exemple, en 2003, Legal lui a versé 167.694 euros HT pour utiliser son nom, sa signature et sa photo sur ses boîtes de café dans le cadre d’un concours intitulé « Gagnez la Harley Davidson de Johnny Hallyday ».

Précédente1 de 3