Le nouveau scandale de l’industrie du poulet qui nous tue à petit feu.

poulet

Poulet : Au lieu de vendre des poulets sains et nutritifs, certains industriels les remplissent avec toutes sortes de liquides et de produits chimiques, dans une tentative de faire passer leur viande de mauvaise qualité pour une viande de premier choix.

Se nourrir le plus sainement et le plus naturellement possible n’a jamais été aussi prioritaire qu’aujourd’hui et surtout le poulet. Ceci est dû au progrès qui a transformé le domaine alimentaire en une vraie industrie massive qui, malheureusement de nos jours, privilégie clairement la quantité à la qualité et peut même aller jusqu’à mentir sur la provenance de certaines viandes ou la manière dont l’élevage ou l’abattage sont effectués. C’est pour toutes ces raisons, ainsi que d’autres, que cette industrie n’a jamais autant été au centre de la polémique.

les poulets

ans ces processus de production, les firmes ne nourrissent pas les poulets pour qu’ils soient en bonne santé ni pour que leur viande soit tendre et juteuse, mais pour faire le maximum de profits, ils font donc en sorte que le poulet atteigne le poids requis plus rapidement.

Un mensonge qui représente un vrai danger pour la santé des consommateurs

poule

Une telle manière de faire ne fait pas seulement que les consommateurs croient acheter du poulet de bonne qualité, mais met également leur santé en danger, car un tel poulet contient des quantités astronomiques de sodium.

Le pire dans tout ceci est que ces producteurs de poulets à la qualité douteuse étiquettent leurs produits comme étant « 100% naturels », une terminologie qui n’est d’ailleurs même pas réglementée par la loi. Tant que les substances qui sont injectées dans le poulet sont considérées comme naturelles, il est permis d’indiquer qu’il s’agit de produits finaux naturels.
Ainsi, on se retrouve avec un énorme paradoxe, puisqu’on qualifie de naturel un poulet qui a été injecté de substances qui ne le sont en aucun cas. Ceci fait croire à la rareté du produit en question et à sa distinction des autres.

nous tue à petit feu

Les sociétés productrices ont fini par instaurer des normes qui ne sont pas du tout à prendre au sérieux car on sait tous que les poulets sont traités avec des antibiotiques, des antidépresseurs, de l’acétaminophène et de la caféine, et que jusqu’à 20% des poulets sont infectés par la salmonellose, la campylobactériose et qu’ils contiennent de l’arsenic.

La suite sur cette industrie sur la page suivante ==>

Précédente1 de 2