La colère des retraités : J’ai 70 ans et je n’ai jamais connu autant de privations sur ma retraite.

retraite

Retraite : leur a demandé combien ils perdaient réellement, ce que ce manque à gagner représentait dans leur budget, et comment ils s’en sortaient désormais dans leur vie quotidienne. Difficile d’être retraités de nos jours dans ce monde.

Nouvelle manifestation ce jeudi des retraités en colère à la suite des réformes économiques qui les impactent. Depuis le 1er janvier, plusieurs millions de retraités subissent de plein fouet la hausse de la CSG sur la retraite.

En consultant le montant de leur pension versée ces derniers jours, beaucoup de retraités ont eu une mauvaise surprise. Comme pour les salariés, leur taux de CSG a augmenté le 1er janvier dernier, de 6,6% à 8,3% (+1,7 point). Mais eux n’ont pas pu compenser cette hausse par une baisse des cotisations sociales. Si les plus modestes sont exonérés de l’augmentation de la CSG, ceux dont le revenu fiscal de référence dépasse 14.404 euros pour un foyer avec une part fiscale, 22.096 euros avec deux parts, ont donc vu leur pension se réduire.

« Ma retraite a diminué de 58 euros par mois », assure ainsi Charles-Henry en réponse à un appel à témoignages lancé sur la page Facebook de LCI. « En couple, cela nous fait 74 euros de moins », constate de son côté Marylène. Michelle chiffre quant à elle sa perte à 45 euros, Bernard à 50 euros. Des sommes qui peuvent paraître modestes, mais qui offraient la possibilité de mettre un peu de beurre dans les épinards. « C’est très simple, cette somme nous permettait, avec ma compagne, de faire une sortie. Nous en ferons donc une de moins », dit Charles-Henry. Marylène assure : « Nous achetons de moins en moins de viande, nous remettons à la marche à pied pour moins prendre la voiture. J’irai moins souvent chez le coiffeur, au hammam ou chez l’esthéticienne. »

retraite

Je me tourne vers des produits périmés à -50%, je n’achète plus d’eau en bouteille. »Jacqueline

Brigitte, institutrice à la retraite qui gagne désormais 47,45 euros de moins par mois, explique qu’elle et son mari devront désormais faire attention à leur budget cadeau pour Noël ou les anniversaires, ainsi qu’à celui des vacances. Elle assure que désormais, ils « comptent tout à la maison ! » Pour Jacqueline, veuve, le constat est encore plus amer : « Afin de compenser la perte de ma CSG, je me tourne vers des produits périmés à -50%, je n’achète plus d’eau en bouteille, je dîne en me faisant une soupe de légumes – que je choisis les moins chers possible. Je me prive également de sorties pour ne pas consommer d’essence, je mets très peu le chauffage le soir. J’ai 70 ans et je n’ai jamais connu autant de privations. » Elle envisage même de vendre la maison qu’elle avait achetée avec son mari marin pêcheur car « elle demande de l’entretien, et la taxe foncière n’est pas donnée ».

Viviane raconte pour sa part qu’elle touchait 590 euros et que sa pension a été amputée de 10 euros. « Car mon mari travaille et ils se basent sur nos deux revenus. 10 euros sur une petite pension comme la mienne, c’est énorme, ça fait 120 euros en moins sur mon pouvoir d’achat de l’année. De plus, cette petite retraite qui fait un revenu annuel de 7080 euros nous a fait passer à la tranche supérieure et nous a fait payer plus d’impôts. De 300 euros d’impôts nous sommes passés à plus de 800 euros. Donc en tout, nous avons perdu 620 euros de pouvoir d’achat. »

Précédente1 de 2