Sophie Davant se lâche et parle enfin du syndrome de ses 2 enfants.

Sophie Davant

Ma fille m’a récemment assuré que nos discussions l’ont énormément aidé à grandir et qu’un jour elle aimerait être une mère comme je le suis. J’étais au bords des larmes, non seulement parce que j’étais émue mais aussi parce que ce que j’aimerai n’était pas du tout en adéquation avec notre mode de vie …
Le problème en question c’est justement que ses enfants vivent encore chez elle. Ayant dépassé la majorité, ils devraient amplement être capable de trouver leur propre appartement.

syndrome

Mais quelque chose justement semble les empêcher de partir de chez leur mère. Eux ne se sentent pas prêts à partir. Ce qui leur arrive n’est d’ailleurs pas inconnu des médecins, c’est quelque chose que l’on appelle le phénomène ou le syndrome de Tanguy.

La complicité entre l’animatrice et les enfants a tout de même ses limites : elle ne pourra pas éternellement supporter la situation qu’elle vit à la maison avec eux.
Le soir en rentrant, je vois des tas de canettes de bière traîner. Il y a des disques et des platines de mixage partout à la place de mes babioles. Sans parler de l’odeur de cigarette est assez intense puisque 10 amis ont dû passer. Je ne me sens plus à ma place chez moi.
Sophie Davant enfant

Souvent même leurs amis sont là alors que je le suis aussi. Et je dois donc m’enfermer dans ma chambre pour avoir un peu de calme.

Sa maison sur la côte normande n’est donc plus vraiment la sienne. C’est plutôt celle de ses enfants et elle se sent plus comme un parasite dans sa propre maison. Sans vouloir se sentir comme une mère indigne, elle n’attend que de pouvoir avoir son intimité.