Voici les 12 remèdes de grands-mères validés par la science ?

remèdes de grands-mères

Les remèdes de grands-mères ont le vent en poupe. Pour Éric Birlouez, sociologue de l’alimentation, ce regain d’intérêt s’explique facilement : « 80 % de la population vit dans un environnement urbain. Nous avons perdu ce contact quotidien avec la nature, et nous fantasmons sa puissance et ses bienfaits.

On oublie qu’elle peut aussi être violente et toxique. Que les microbes sont aussi naturels…. Dans ce cadre, les remèdes de grands-mères sont paré d’une aura. Nous voulons retourner à ce que nous pensons être un savoir ancestral et rassurant  » affirme le spécialiste.

Pour autant, les remèdes de grands-mères n’ont pas tous fait leurs preuves :« Certains sont efficaces, et contiennent des molécules dont on fait les médicaments. D’autres sont totalement farfelus, s’appuyant sur une pensée magique. Le principe de similitude était largement à l’oeuvre. Les noix, en raison de leur forme évoquant le cerveau, sont supposées bonnes pour les méninges et c’est vrai, elles sont bourrées d’oméga 3 ! La noix de muscade était censée guérir de la peste et du choléra et là… ça ne marche pas !« , explique le sociologue.

Du clou de girofle contre les maux dentaires aux plantes contre les verrues, certains des remèdes de grands-mères ont été redécouverts par les scientifiques et validés par des études. Revue de détail.

L’avoine, pour apaiser rhumatismes et eczéma

Depuis 2000, et le 21e Congrès international des chimistes en cosmétique, on sait que l’avoine a une puissante action nettoyante et hydratante. Il absorbe les impuretés et les résidus qui s’accumulent dans les pores tout en respectant le pH de la peau et calme les épidermes irrités et les démangeaisons dans des affections comme l’eczéma, l’urticaire ou le psoriasis. D’ailleurs, c’est l’un des ingrédients de choix dans les savons, gels et crèmes corporels proposés par les laboratoires dermatologiques. Mais c’est aussi l’un des aliments les plus riches en minéraux et vitamines, notamment du groupe B, très anti-inflammatoire. On peut donc l’utiliser comme le faisaient nos grands-mères pour apaiser les rhumatismes.

En pratique : Dans un litre d’eau chaude, faites infuser pendant environ 10 à 15 minutes, 250 g de flocons d’avoine bio. Filtrez avant de verser dans l’eau chaude du bain. Plongez-vous environ 10 à 15 minutes. Vous pouvez aussi vous procurer en magasin bio ou en herboristerie des sachets d’avoine colloïdale à verser directement dans l’eau chaude du bain.

Un clou de girofle pour soulager un mal de dents

C’est le remède le plus utilisé dans le monde pour soigner les rages de dents. Cette action est maintenant reconnue par la Commission E (le conseil scientifique des denrées alimentaires allemandes qui fait autorité dans tous les pays européens). Cela parce qu’il contient 70 à 90 % d’eugénol, un composé antibactérien, antiseptique et antifongique.

En pratique : Pour obtenir un effet rapide, déposez le clou de girofle sur la dent douloureuse et serrez les mâchoires. L’effet est immédiat. Alternative : déposer deux ou trois gouttes d’huile essentielle de giroflier sur un coton tige et l’appliquer quelques minutes sur la zone douloureuse. Attention, ne l’avalez pas.

L’huile de foie de morue pour se renforcer

Les oméga 3, nos grands parents savaient s’en servir sans les connaître. En imposant à leurs enfants l’huile de foie de morue pour lutter contre le rachitisme, ils les supplémentaient en DHA et EPA, protecteurs du système cardiaque, bons pour les os, les yeux, la peau… Aujourd’hui nous savons que ce sont surtout les adultes qui en ont besoin. Et il existe un équivalent sans odeur et ultrariche en oméga 3 : les gélules à l’huile de krill.

science

Le lait de poule après un gros rhume

Du sucre pour l’énergie, un œuf et du lait pour les bonnes protéines, de la cannelle et la noix de muscade pour leurs vertus antiseptiques et stimulantes… c’est le secret du lait de poule pour requinquer les malades. Mélangez 25 g de sucre de canne,1 jaune d’œuf, 10 cl de lait. Montez légèrement en température, ajoutez une pincée de cannelle et une de noix de muscade. Buvez tiède.

La chélidoine contre les verrues  ! remèdes de grands-mères …

Votre grand-mère cueillait des fleurs sauvages pour l’appliquer sur vos verrues ? Bravo ! L’ “herbe à verrues », la chélidoine, est une plante à fleurs jaunes connue depuis l’Antiquité pour ses vertus médicinales. On sait aujourd’hui que le suc exsudé par cette plante contient des alcaloïdes puissants qui peuvent détruire la verrue. Un peu comme les acides contenus dans les crèmes vendues en pharmacie.

En pratique : Cette plante est toxique, il ne faut en aucun cas la consommer. Le suc jaune ne marche pas sur toutes les verrues et n’empêche pas la récidive. D’autant plus que la verrue est due à un virus, et disparaît le plus souvent toute seule en quelques semaines, voire quelques mois.

Précédente1 de 2