Héritage Johnny : Laeticia Hallyday sauve les meubles, mais …

sauve

Laeticia sauve les meubles ! Personne ne sort tout à fait gagnant des premières décisions prises par la justice sur l’affaire Johnny. David et Laura ne peuvent pas donner leur avis sur l’album posthume de leur père, mais ils obtiennent en revanche un gel partiel de son patrimoine.

De son côté, Laeticia peut sortir le disque de son époux, elle sauve e conserve les biens américains, mais doit faire une croix momentanée sur une partie des royalties, issues de l’œuvre de son mari, en attendant l’issue du second procès au fond…

Laeticia Hallyday

La veuve du rockeur n’est pas asphyxiée pour autant, ce qu’elle redoutait plus que tout. Elle peut continuer à jouir des biens américains inclus dans le fameux trust JPS, à savoir la villa de Pacific Palisades, où elle vit avec ses filles Jade et Joy, ainsi qu’une autre maison qu’elle louerait dans Los Angeles. D’après Closer, il existerait également un immeuble « de rapport » acheté par Johnny qui compterait plusieurs appartements également mis en location. Le tribunal a justifié sa mansuétude en affirmant qu’il ne souhaitait pas prendre des mesures « excessives et disproportionnées » qui viendraient gêner la vie quotidienne de Laeticia et les deux dernières filles du rockeur.

papiers intimes

« Elle se sauve ! Rien ne change vraiment pour elle »

En revanche, les biens français sont gelés, ce qui veut dire qu’elle ne peut pas les céder ou les vendre, mais elle en garde la jouissance. Le tribunal veut protéger l’immobilier français pour éviter qu’il ne soit transféré dans le trust du chanteur, géré par la Bank of America, et dont Laeticia est la seule bénéficiaire. Elle possède déjà la moitié de la villa de Saint-Barthélemy, dont elle peut profiter pendant ses vacances – la mise en location reste à définir.

bataille judiciaire

Quant à la maison de Marnes-la-Coquette, elle risque de lui coûter une petite fortune en entretien, mais c’était déjà le cas depuis longtemps. Il est à prévoir que Johnny lui a laissé de quoi voir venir pour les mois qui viennent. « Rien ne change vraiment pour elle, analyse une amie proche. Elle continuera à vivre à Los Angeles, elle partira à Saint-Barthélemy, le droit moral n’a pas été reconnu pour David et Laura, ce qui est important à ses yeux. Et les biens américains restent sous juridiction américaine… »

direct

Payer les factures pour la sauver …

Reste le problème des royalties. Le tribunal a décidé la mise sous séquestre des revenus tirés de l’exploitation des droits d’auteur et des droits d’artiste-interprète, « jusqu’à ce qu’il soit autrement statué ou accord des parties pour lever le séquestre ». Il s’agit des sommes versées régulièrement par la Sacem et l’Adami, qui représentent chaque année des dizaines de milliers d’euros. D’après nos informations, ces sommes étaient de toute façon bloquées depuis plusieurs mois par les différents organismes, en raison du conflit entre les héritiers, afin d’éviter tout litige. Mais tout n’est pas perdu pour Laeticia puisqu’elle pourra toucher les revenus versés par les maisons de disque, notamment ceux liés aux ventes d’albums, comme celui que Warner devrait sortir avant l’été et qui pourrait dépasser les 500 000 ventes… Sans compter les compilations qui se sont arrachées ces derniers mois (environ 700 000 ventes depuis la mort du rockeur).

sauve

Mais, à terme, la situation risque de devenir compliquée pour Laeticia, surtout si les problèmes fiscaux viennent s’ajouter à la longue bataille judiciaire menée sur le fond par David et Laura pour contester la validité du testament. Vendre des biens, comme la villa de Marnes-la-Coquette, lui aurait évidemment permis de se constituer un trésor de guerre ou d’effacer de grosses ardoises. Cette pression la forcera-t-elle à négocier avec les aînés du chanteur ? Eux-mêmes souhaiteront-ils trouver un arrangement pour éviter une guerre sans fin ? Pour l’instant, aucune négociation n’a été entamée.

virement

A lire : Laeticia, celle qui a su apaiser les tourments de Johnny – People BFMTVici