Un idiot abandonne sa femme seule avec 6 enfants a éduquer, 3 mois après, sur son siège arrière, elle trouve l’inimaginable.

siège

La vie n’est pas toujours toute rose. En fait, souvent elle peut être dure et injuste.

Peut-être que vous n’avez pas encore eu à affronter de graves difficultés, mais elles finiront par arriver tôt ou tard. Personne ne peut passer toute sa vie sans avoir aucune crise.

Pendant ces temps difficiles, être soutenu et aimé est vital. Ce sont les seules choses qui peuvent nous apporter la force et le réconfort pendant ces sombres moments.

Que cela vienne de notre famille, nos amis, nos animaux de compagnie, ou même de parfaits inconnus : des petits gestes de gentillesse font toujours une grande différence.

Être abandonnée par son mari et élever 6 enfants toute seule est heureusement très rare. Ceci dit, nous sommes probablement nombreux à avoir été abandonnés par quelqu’un que nous aimions.

Peut-être que c’est pour cela que cette histoire fictive m’a atteint en plein cœur.

Le plus important, c’est le message ; la morale de cette histoire s’applique à nous tous. Aidez-nous à propager ce message en partageant.

Mère célibataire

Septembre 1960. Je me réveille un matin avec six enfants qui ont faim et seulement $1 dans ma poche. Mon mari – et le père de mes enfants – m’a laissée sans donner signe de vie.

Mes garçons ont entre trois mois et sept ans – leur sœur a quatre ans.

Peut-être que ce n’est pas quelque chose d’aussi mauvais. Leur père n’a jamais été un bon père – tout le monde avait peur quand il était dans les parages. Les enfants avaient l’habitude de se cacher sous leurs lits quand ils entendaient sa voiture se garer devant la maison. Cela dit, il rapportait de l’argent chaque semaine alors, nous pouvions acheter de la nourriture.

rapportait

Maintenant qu’il a décidé de partir, la colère et l’agression allaient disparaitre. Malheureusement, la nourriture allait en faire de même.

Il y avait peut-être une forme de sécurité sociale à l’époque. Si c’est le cas, je ne le savais pas. Je n’aurais pas pu demander de l’argent.

Alors, j’ai baigné et habillé les e
nfants pour qu’ils aient l’air présentables, puis, j’ai mis ma plus belle robe. J’ai mis les enfants dans une vieille Chevrolet rouillée de 1951 et je suis allée chercher du travail.

enfants

Je suis allée dans chaque usine, magasin et restaurant de notre petite ville. En vain.

Quand c’était possible, les enfants attendaient dans la voiture et gardaient le silence pendant que j’essayais de convaincre les managers que j’étais prête à tout apprendre, à tout faire. Ils n’avaient qu’à me donner ma chance.

Mais après chaque entretien, la réponse était la même, il n’y avait aucun poste de libre.

Le dernier endroit où je suis allée se trouvait à quelques kilomètres de la ville. C’était un vieux restaurant qui avait été converti en cafeteria pour les gens de passage. Il s’appelait « Big Wheel ».

Une vieille femme – que tout le monde appelait « Grand-mere » – était la propriétaire. Elle nous a épiés à travers la fenêtre quand nous sommes arrivés.

Il se trouve qu’elle avait besoin d’une personne pour travailler de 11 heures du soir à 7 heures du matin.

Elle payait environ $5.40 et était d’accord pour m’embaucher immédiatement.

immédiatement

Précédente1 de 3