Céline Dion: Les confidences de Pepe Munoz sur la chanteuse

scoop

Céline Dion : Pepe Munoz claque comme le talon d’un danseur de flamenco. Son nom se déroule comme un éven­tail. Il parle l’es­pa­gnol, l’an­glais et le français, avec la même aisance.

Scoop : Il a appris l’ef­fort, au sein de nombreuses comé­dies musi­cales, à travers le monde. Le Cirque du Soleil lui a ensei­gné l’au­dace, à Las Vegas. Le public français de Céline Dion l’a décou­vert au côté de la chan­teuse, sur scène, l’été dernier. Leurs étreintes passion­nées, sur le morceau Le Ballet de Jean-Jacques Gold­man, ont d’abord coupé le souffle. Avant de délier les langues. Jamais la diva québé­coise, insé­pa­rable de ce danseur, jusque dans les rues de Paris – n’était appa­rue aussi sensuelle. Esquisse d’une légende : et si Pepe Munoz était plus qu’un simple colla­bo­ra­teur ? Peau­fi­nant un joli coup de crayon, à ses heures perdues, depuis des années, l’ar­tiste de trente-deux ans a décidé de lever le voile sur son travail, mais aussi sur sa rela­tion avec Céline Dion…

Celine Dion a terminé sa tournée mais ne quitte plus son danseur Pepe Munoz

Gala : Vous expo­sez à la Gale­rie Sébas­tien Adrien, dans le 3eme arron­dis­se­ment de Paris, du 22 janvier jusqu’au 3 mars. Racon­tez-nous l’ori­gine de ce projet…

Pepe Munoz : J’al­lais passer ma dernière jour­née à Paris, avec Céline et son équipe. Ce matin d’août, je me suis réveillé et j’ai décou­vert un mail de Sébas­tien, qui me propo­sait d’étu­dier une colla­bo­ra­tion. Mon été avec Céline, sur scène et dans les coulisses de la mode, avait été une expé­rience très intense. Cette invi­ta­tion était la cerise sur le gâteau. Lorsque nous nous sommes rencon­trés, Sébas­tien portait un blou­son en cuir rose et bleu, très flashy, qui lui donnait un air de David Bowie. J’ai commandé un Aperol. Il a pris un café, comme s’il voulait me prou­ver son sérieux. Je l’ai écouté, on a beau­coup ri. Assez rapi­de­ment, je me suis dit : « je veux travailler avec ce gars ! » (Rires)

Il loge dans le même hôtel, ou elle a ses appartements

Gala : La danse, c’est donc terminé ?

Pepe Munoz : Abso­lu­ment. Depuis juillet 2016, à vrai dire. Quand l’équipe de Céline m’a proposé de l’ac­com­pa­gner sur scène, j’avais déjà quitté Las Vegas et la troupe du Cirque du Soleil, j’étais déjà un « jeune retraité ». Mais je ne pouvais pas lais­ser passer cette oppor­tu­nité. Disons que je suis désor­mais un illus­tra­teur à temps complet, qui ne danse plus que pour Céline. (Sourire)

La chanteuse salue ses fans depuis le Royal Monceau à Paris

Gala : On dit que Céline Dion vous soutient incon­di­tion­nel­le­ment…

Pepe Munoz : Abso­lu­ment. Dès lors qu’elle a appris que je dessi­nais, Céline n’a eu de cesse de m’en­cou­ra­ger et de m’ai­der à faire connaître mon travail. Elle m’a entraîné dans des endroits magiques… Grâce à elle, j’ai pu rencon­trer des gens passion­nants, de grand talent, avec lesquels je suis toujours en contact.

Précédente1 de 2