Une retraitée contrainte de rembourser plus de 22 000 euros au fisc pour avoir trop travaillé

Une retraitée de la fonction publique dont la pension ne reste que de 900 euros a cumulé emploi et retraite, désormais, elle doit 22 000 euros.

© Une retraitée contrainte de rembourser plus de 22 000 euros au fisc pour avoir trop travaillé - Source : IStock

Voir Ne plus voir le sommaire

En France, la retraite reste un moment de la vie d’un travailleur très stressant. Entre le fait de ne plus travailler ou de voir ses revenus baisser, certains décident d’agir. Cela a pu être le cas d’une retraitée. Sa pension ne restant que de 900 euros, elle a décidé de faire un cumul emploi pension. Mais, alors qu’elle pensait bien faire, le Fisc lui réclame près de 22 000 euros. On vous explique tout ici. 

La retraite en France

Plus que jamais, cela s’avère un sujet bien délicat. Avec le Président qui va concrétiser dans les prochaines semaines ses plans pour la réforme des retraites. Pourtant, s’il cherche à repousser l’âge légal de départ pour cette dernière, il devrait se pencher sur certains cas des plus étonnants. Par exemple l’histoire de cette retraitée. Il se trouve que le gouvernement prévoit en réalité toutes sortes d’aide, pour chaque cas de figure. 

Ainsi, si cette retraité ne gagne que 900 euros, peut-être pouvait-elle demander l’Aspa, aussi connu sous le nom de minimum vieillesse. Pour cela, il faut avoir plus de 65 ans. On trouve aussi l’ASS qui aide un retraité qui cherche un emploi, à l’instar du RSA. Et, le gouvernement préconise lui-même en cas de trop petite pension de faire un cumul emploi retraite. Alors, comme cette retraitée aurait pu imaginer finir dans une telle situation

En réalité, cette femme a travaillé durant 22 ans dans la fonction publique, pour La Poste. Ainsi, en 2010, après tant années de travail, elle décide de prendre se retirer. Mais même avec 22 ans de travail derrière elle, sa pension ne reste pas très importante, environ 900 euros. Elle décide donc de compléter ses revenus en prenant un emploi à côté. Mais, à la fin de l’année 2022, elle a reçu deux lettres du Trésor public

Une triple peine 

Alors que cela fait déjà un moment que la retraitée vit de sa pension et de son salaire, elle reçoit deux lettres à la suite. La première lui demande 17 357 euros. Puis la seconde 5 604,03 euros comme le relaie BFMTV. Pourtant, si cette femme continue de travailler, cela reste bien, car elle n’a pas les moyens, et en plus de cela, le Fisc lui réclame de l’argent. C’est un vrai coup dur pour elle. Elle confie à BFMTV que “Je n’ai même pas assez pour payer mon eau et mon électricité. Du jour au lendemain, on peut se retrouver à la rue alors qu’on a une pension et un travail”. 

Mais, voilà, sa pension de 900 euros, elle ne doit pas gagner plus. Il existe une règle déclarant que la retraitée ne doit pas percevoir plus de 900 euros des suites de sa carrière dans la fonction publique. Mais, pour Laurent Rabbé, un avocat au barreau de Paris, cette sanction est lourde. Pour lui, cela se vaut comme “la triple peine ou quadruple peine”. Il ajoute “vous avez travaillé dans un travail précaire, avec une petite retraite, plus le niveau de cumul autorisé est bas. Quand il y a un problème, vous payez des sommes très importantes alors que vous avez des revenus très modestes”. 

Pourtant, de nombreuses personnes de plus de 55 ans semblent bien cumuler emploi et retraite. En tout, cela représente 3,7 % de Français d’après l’Insee en 2019. Un chiffre tout de même conséquent pour cette situation. 

Source : Orange

Accueil / Actualités / Une retraitée contrainte de rembourser plus de 22 000 euros au fisc pour avoir trop travaillé