Aspa et minimum contributif : comment toucher ces aides destinées aux retraités ?

En France, les seniors peuvent compter sur deux dispositifs en cas de faibles revenus. Il s'agit de l'ASPA et du minimum contributif.

© Crédits photos : iStock

Voir Ne plus voir le sommaire

En fin de carrière, de nombreuses personnes constatent une importante baisse de revenus. Et ce malgré la retraite à laquelle ils ont droit. Aussi, plusieurs aides existent pour maintenir le pouvoir d’achat des retraites. Généralement, vous pouvez donc prétendre à l’ASPA ou au minimum contributif. Mais où se situent les différences entre ces deux compléments ? Comme nous allons le voir, les conditions d’éligibilité et d’attribution diffèrent largement entre ces deux coups de pouce.

ASPA, minimum contributif : Quelles conditions faut-il remplir ?

L’allocation de solidarité aux personnes âgées se destine à tous les séniors dès 65 ans. Cet âge s’abaisse à 60 ans, si vous êtes reconnu handicapé à 50 % ou plus.  Et ce, même s’ils n’ont pas cotisé assez de trimestres pour obtenir une retraite ou une pension à taux plein. L’ASPA implique aussi des plafonds de ressources. Pour rappel, les revenus pris en compte incluent : la retraite, les salaires et rémunérations professionnelles des droits derniers mois… Mais aussi les revenus locatifs, l’allocation adulte handicapé ou encore la pension d’invalidité.

  • Pour une personne seule, vos revenus ne doivent pas excéder 961,08 euros par mois.
  • Un couple doit gagner moins de 1 492,08 euros pour percevoir l’ASPA.

Le montant de cette aide peut varier selon vos ressources. L’objectif ? Financer la différence entre ce que vous gagnez, et les plafonds en vigueur. Ainsi, si vous gagnez 500 euros par mois, et que vous vivez seul, vous aurez droit à 461 euros par mois, au titre de l’ASPA.

À lire Star Academy 2023 : tout ce qu’il faut savoir sur le retour du télé-crochet phare de TF1

En revanche, le minimum contributif s’adresse aux retraités qui ont déjà une retraite à taux plein ou qui ont dépassé l’âge de la retraite à taux plein. Elle vient compléter vos pensions (régime de base ou complémentaires). Contrairement à l’ASPA, cette aide ne tient pas compte de vos autres ressources. Son montant peut d’ailleurs varier, de 684,14 euros et 747,57 euros. Dans tous les cas, le total de vos revenus ne doit pas excéder 1.309, 75 euros par mois (minimum contributif inclus).

Comment obtenir ces aides ?

Si rien n’interdit de cumuler Aspa et minimum contributif. Néanmoins, cela a peu de chance de vous arriver. En effet, les deux aides touchent deux publics différents. Globalement, si vous avez droit au minimum contributif, cela restera toujours plus intéressant pour vous. D’ailleurs, ces deux dispositifs ne se demandent pas de la même manière. Ainsi, pour le minimum contributif, vous n’avez rien à faire. Il n’y a aucune à effectuer pour obtenir ce complément de retraite.

En revanche, pour toucher l’ASPA, vous devez adresser une demande à la caisse de retraite. Si vous dépendez du régime général, tournez-vous vers la CNAV. Mais si vous avez fait votre carrière dans le secteur agricole, vous devez contacter la MSA pour solliciter cette aide. Enfin, si n’avez droit à aucune retraite, vous pouvez retirer le formulaire de demande auprès de la mairie de la commune dans laquelle vous vivez. Enfin, sachez que l’ASPA concerne uniquement les personnes qui résident en France de façon stable (soit plus de 180 jours par an). Vous pouvez y prétendre seulement si vous la nationalité française, ou que vous faites partie des ressortissants de l’Union Européenne.

Sources : aide-sociale.fr

JeSuisFrançais est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Accueil / Actualités / Aspa et minimum contributif : comment toucher ces aides destinées aux retraités ?