Radars Thermiques : ce nouveau modèle risque de faire très mal

Il y a du nouveau sur les autoroutes françaises ! En effet, de nouveaux radars thermiques vont surveiller les voies dédiées au covoiturage.

© Radars Thermiques : ce nouveau modèle risque de faire très mal - Source : iStock

Voir Ne plus voir le sommaire

De nos jours, le gouvernement déploie de nombreuses mesures pour montrer son action en faveur de la transition écologique. Ainsi, la France doit réduire ses émissions de CO2. Tenir cet objectif indice implique de rouler moins, ou, a minima, de rouler mieux. Pour limiter notre impact sur la planète, l’État favorise donc l’utilisation de véhicules électriques, réputés moins polluants que les voitures qui requièrent des carburants. L’un des pistes, très encouragées ces dernières années, consiste à généraliser le covoiturage. Et bientôt, les voies dédiées à ce système feront l’objet d’une surveillance par radars thermiques.  En effet, d’un point de vue écologique, pour effectuer un gros trajet, il vaut mieux embarquer un maximum de voyageurs, plutôt que de conduire seul. Mais certains automobilistes abusent des voies de covoiturage, sans autorisation…

De nouveaux radars thermiques

Ce dispositif va devenir de plus en courant, afin de lutter contre les incivilités sur la route. Pour l’heure, ces appareils d’un genre feront d’abord l’objet d’expérimentations du côté du Lyon. Ainsi, les radars thermiques se situeront sur plusieurs tronçons autoroutiers de la Métropole.

En effet, dans l’agglomération lyonnaise, plusieurs voies dédiées au covoiturage ont fait leur apparition depuis 2020. Les conducteurs peuvent d’ailleurs les remarquer au moyen d’un signe particulier : un panneau, affichant losange lumineux. Cela dit, depuis la création de ces voies, certains n’hésitent pas à circuler dessus, alors même qu’ils ne remplissent pas les conditions. Ainsi, ces axes concernent uniquement :

  • Les véhicules ayant une vignette Crit’Air zéro (à faible émission de CO2)
  • Les transports en commun
  • Les covoitureurs
  • Les taxis

Les automobilistes qui utilisent ces voies, sans autorisation, s’exposent donc à une amende de 145 euros. À l’avenir, des radars thermiques devront donc permettre d’identifier et de sanctionner les contrevenants. Pour l’heure, la Métropole de Lyon n’a pas encore révélé les emplacements de ces zones de contrôles.

Comment ça marche ?

En détectant la chaleur émanant des véhicules, les radars thermiques doivent réussir à débusquer les conducteurs qui roulent en solo. Ils peuvent ainsi déterminer si 2 adultes ou plus se trouvent dans la voiture. Et ce, que les passagers s’installent à l’avant ou l’arrière. Par ailleurs, la détection peut avoir lieu, même à travers des vitres teintées. Mais ces radars ne permettent pas de repérer les enfants et nourrissons présents dans l’habitacle.

Pour Pierre Chasseray, qui représente l’association 40 millions d’automobilistes, ces radars thermiques posent un problème. En effet, il estime que de nombreuses personnes ignorent encore les panneaux de signalisation qui indiquent les voies de covoiturage. Dans une récente déclaration sur CNEWS, il a donc fustigé cette nouvelle méthode de verbalisation.  » On risque de se retrouver avec des automobilistes qui, de bonne foi, empruntent cette voie de circulation parce qu’ils ne connaissent pas le panneau. »

Si les radars thermiques restent encore en phase de test, cela s’explique par leur fonctionnement, encore perfectible. Le vice-président en charge des Déplacements au Grand Lyon, a ainsi révélé dans les colonnes du Figaro que « les radars ne sont jamais efficaces à 100% ». Mais d’après lui, l’État peut les homologuer « lorsque la marge d’erreur est inférieure à 4%, soit à partir de 96%. » Ces nouveaux radars thermiques devraient faire leur apparition sur les bords des autoroutes A6 et A7. De quoi faire régner l’ordre sur les voies de covoiturage, durant les grandes vacances.

Source : CNEWS

JeSuisFrançais est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Accueil / Actualités / Radars Thermiques : ce nouveau modèle risque de faire très mal