Arnaque à la contravention : les conseils de la gendarmerie pour éviter de se faire piéger

Face aux nombre de fausses contraventions qui ne restent qu’une arnaque, les gendarmes donnent des conseils pour les éviter.

© Arnaque à la contravention : les conseils de la gendarmerie pour éviter de se faire piéger - Source : IStock

Voir Ne plus voir le sommaire

Depuis déjà bien des années, le nombre d’arnaques ne cessent de se démultiplier. Et les escrocs semblent toujours trouver le moyen d’innover afin de faire plus de victimes. Si l’on trouve déjà des arnaques sur les cartes d’identité, de carte vitale, de vignette Crit’Air ou même d’amendes pour des stationnements. Mais, une nouvelle méthode semble bien faire de nombreuses victimes, il s’agit des fausses contraventions. Ainsi, les gendarmes ont décidé de donner des conseils afin de les éviter. On vous explique tout ici. 

Le phishing, grande technique d’arnaque 

Parmi les arnaques les plus répandues, on trouve notamment le phishing. Cette technique peut se traduire en français par hameçonnage. Cette façon de faire tend à chercher à provoquer une action chez la victime. Bien souvent, le but reste de récupérer les coordonnées bancaires ou des données personnelles. Pour cela, des escrocs vont envoyer un message, SMS ou mail, qui donnera envie de cliquer sur le lien

Et pour cela, ces derniers semblent avoir bien compris qu’une arnaque qui se sert d’un document officiel fonctionne bien. On trouve par exemple les cartes vitales. Des escrocs envoient un SMS disant que la carte vitale avait expiré. Pour la renouveler, il suffisait de payer quelques euros. Le but ici restait de récupérer les coordonnées bancaires ainsi que les informations bancaires. 

Aussi, une arnaque consistait à demander à des automobilistes de commander des vignettes Crit’Air. Ces dernières permettent en effet de pouvoir circuler dans certaines zones, et en effet, il faut bien en acheter. En revanche, cela ne doit se faire que sur le site officiel certificat-air.gouv.fr et pour la somme de 3,72 euros. Ainsi, si vous recevez un SMS, il vaut mieux vous rendre de vous-même sur le site afin d’en faire la demande

2023 ne commence pas sans escroquerie

Pour les escrocs, l’année 2023 ne se fera pas sans nouvelles arnaques. En effet, une nouvelle escroquerie semble lancée. Elle concerne les contraventions, mais bien sûr, des fausses. C’est en Bretagne qu’un habitant a pu recevoir un message de la part du service de recouvrement. Dans ce dernier on peut lire “contravention. République Française. Le 13/11/2022 à 8h27, votre véhicule a été contrôlé à 57 km/h (vitesse retenue de 51 km/h) sur une voie limitée à 50 km/h. Voici plus de détails sur votre contravention de 47€. En cas de non-paiement dans les 48 heures, le montant de la contravention sera automatiquement majoré, vous n’aurez plus la possibilité de la contester, et votre dossier sera transmis au tribunal de grande instance”. 

Ainsi, l’escroc cherche la à mettre la pression sur sa victime. Face à cette situation de conflit, cette dernière risque de payer assez vite pour ne pas avoir de problème. Et cela reste bien le but de la manœuvre. De cette manière, il reste assez sûr de récupérer et de l’argent, et des coordonnées bancaires. Car bien sûr, le site sur lequel il se voit redirigé reste un faux site

Les conseils des gendarmeries

Face à cette nouvelle arnaque qui commence déjà à faire des victimes, la gendarmerie de Loudéac a donné des conseils pour aider à savoir si une situation est une arnaque pour ne pas se faire avoir. Ainsi, le premier indice reste que les convocations de justice ou même les contraventions passent toujours par voie postale, jamais par SMS ou mail. Ensuite, il faut aussi vérifier le mail qui envoie ce message. Si un mail reste du gouvernement, vous trouverez @gouv.fr. 

Un point très important pour savoir si un mail est ou non une arnaque reste les fautes d’orthographes. Si ce dernier en contient, vous pouvez être sûr que cela n’a pas été réellement envoyé par un service du gouvernement. En revanche, les escrocs commencent à faire de plus en plus d’efforts sur l’orthographe. Il faut aussi savoir que le gouvernement ou aucun autre service ne vous demandera de l’argent par mail. Aussi, dans ce mail, on voit que le mandataire semble “le service de recouvrement”. Mais la gendarmerie précise bien que “le seul service concerné est la Trésorerie. Et les amendes se paient via des timbres amendes” comme le déclare Le Courrier Indépendant. 

Source : Planet

Accueil / Actualités / Arnaque à la contravention : les conseils de la gendarmerie pour éviter de se faire piéger